Editorial – Janvier 2020

Éditorial de janvier 2020

 

 

L’épreuve de la foi

« Après ces choses, Dieu mit Abraham à l’épreuve, et lui dit : Abraham ! Et il répondit : Me voici ! » (Gn 22.1).

Nous traversons tous des épreuves dans la vie. Personne n’aime ça, car c’est très inconfortable. Pourtant, c’est dans les situations de tension extrême que l’on fait les plus belles expériences de foi. Dans ces moments d’incompréhension, notre caractère est ciselé par le divin vigneron.

Abraham avait vu le miracle se produire. Après 25 ans de persévérance à travers l’obscurité, Isaac était né. Il était devenu un adolescent plein de vie qui faisait la joie de son père et de sa mère. Mais un jour, Dieu décide d’éprouver la foi de son serviteur. Il lui demande de lui offrir son fils unique en holocauste sur le mont Morija.

A ce moment-là, plusieurs pensées peuvent se heurter dans la tête du patriarche. La demande de Dieu est en totale contradiction avec ce qu’il connaît de lui. Dieu avait toujours abhorré les sacrifices humains, contrairement aux pratiques des populations païennes environnantes. Le dieu Moloch, notamment, exigeait des sacrifices d’enfants.

Abraham passe par la nuit de l’incompréhension. Rien ne se passe comme il l’avait pensé. Il a le choix d’obéir ou de désobéir. Que faire lorsqu’on passe par une épreuve qui n’a pour nous aucun sens ? Notre première réaction est de se dire que Dieu ne peut pas permettre une chose pareille. Mais Abraham fait le choix d’obéir sans tout comprendre. Au dernier moment, alors qu’il lève le couteau pour égorger son fils, Dieu lui révèle la présence du bélier pour l’holocauste. Ouf !

 

Nous sommes parfois éprouvés nerveusement. Dieu va-t-il agir ou pas ? Quand va-t-il répondre ? Lorsqu’un pilote d’avion doit atterrir par temps de brouillard, il ne peut pas se fier à ses yeux. Mais il est en relation avec la tour de contrôle qui lui donne les indications nécessaires. Il fait confiance à cette voix qui lui dit de changer d’altitude, de se placer dans un certain axe et de réduire la vitesse. Pourtant il ne voit rien, jusqu’au dernier moment, où il aperçoit les lumières sur la piste d’atterrissage. Faites confiance à la tour de contrôle divine, la Parole de Dieu, et la solution arrivera, même au dernier moment.

Jean-Marc Botteron